Privilégiée ? Oui et alors !

Publié le 19 Novembre 2012

Pack_Aisance.gif

Comme beaucoup, je me pose beaucoup de questions, sur la vie, le temps qui passe, la spiritualité, l'amitié etc...

Crise de la trentaine oblige, je vis une vraie période de bouleversements hormonales ( merci la grossesse d'aider aussi ! ) qui m'amène à réfléchir sur ma vie.

 

 Le bilan de mes 30 ans est plus qu'ultra positif : tout d'abord je suis heureuse, et ça c'est déjà beaucoup !

J'ai bien conscience d'être un peu " la fille qui énerve " parce qu'elle a tout ( ou en tout cas semble l'avoir, "tout" étant très personel à chacun ).

On ne va pas se mentir, c'est vrai que j'ai tout ce qui peut faire mon bonheur.

 

Un homme merveilleux à bien des égards. Un homme qui à mes yeux fait passer pour des petits joueurs 90% des autes hommes sur terre. Un homme que j'aime à la folie, même si la passion n'est plus vraiment torride entre nous ! Un homme qui réunit à lui seul toutes les qualités ( et les défauts ) qui me vont parfaitement. Un homme pour moi en somme. Et ça tombe bien car je crois qu'il m'aime bien lui aussi ! lol

 

  Deux enfants mignons que j'aime aussi très fort d'amour. J'ai la chance qu'ils aient tous les deux la santé. Deux accouchements sans heurts. Une 3e grossesse qui est arrivée en un éternuement.

 

Une maison qui, si elle ressemble à un fardeaux avec tous les sous qu'elle nous côute, reste un endroit agréable et chaleureux à vivre et pour recevoir.

 

Des amis incroyables, qui n'hésitent pas à se bouger pour venir nous voir ( et on vit loin quand même ! ). Des anciennes amitiés qui perdurent, de nouvelles qui se créées.

 

Vivre dans un village où le mot solidarité veut encore dire quelque chose. Etonnant quand on sait qu'ici les gens votent à droite et extême droite ! Nous formons un groupe de mamans à l'école ultra-soudées et nous aimons nous rendrent des services.

 

  J'ai la chance inespérée par les temps qui courent de pouvoir me permettre le luxe inconsidéré de rester à la maison pour pouponner et m'occuper de mes enfants. Alors pour les mauvaises langues qui me critiquent en disant de moi que je suis une grosse feignasse, c'est vrai !

Je préfère largement rester à la maison que de travailler tous les samedis, de rentrer à 20h30 et de me farcir 2h de voiture chaque jour ! Et sincèrement, à ma place que préfèreriez-vous ??

 

  Grâce à mon congé parentale, je vais doubler mes "revenus". Ca choque les gens quand j'en parle. Comme si être nounou c'était déjà des vacances et qu'un congé parentale ce n'était rien de plus qu'une grosse blague. J'y ai droit, je le prend. Un point c'est tout.

Et quand je dis que je m'occupe de mes enfants, cela signifie que oui, je m'occupe de mes enfants. Sans être une mère parfaite ( Bébinou est déjà parti à l'école avec des crottes d'oeil !), j'essaie de les occuper, de les éduquer, de les accompagner sur le chemin de l'autonomie et de l'indépendance. Je ne cherche pas à en faire des petits rois non plus, surtout pas en fait. Dans une famille pour moi, on se doit d'être solidaires et attentifs les uns avec les autres. J'apprends à mon grand à s'occuper de sa petite soeur ( mettre la veste, enlever les chaussure etc ), je les fait participer pour mettre la table et la débarasser. 

Ca va en choquer certains mais je suis assez fière que mon "grand" de 5 ans sache se préparer son ptit dèj tout seul et le débarasse dans l'évier ( pas à chaque fois mais ça viendra ) !  

Je suis dispo pour eux mais il n'y pas écrit "boniche" sur mon front non plus !

 

Par contre ne comptez pas sur moi pour jouer les Bree Van De Kamp. Je suis tout sauf une petite femme d'intérieur. Débarquez à l'improviste un après-midi chez moi et vous aurez de grandes chances de tomber sur la table du midi pas encore débarassée ! Et vous savez quoi ? Je m'en fiche. Jérome et moi nous accordons parfaitement sur ce point, no stress. Tout ce qui est ménage peut toujours attendre encore un peu. Quand je m'y mets, je m'y mets à fond mais je suis un vieux diesel, il me faut longtemps pour me chauffer et démarrer ! lol

 

  Et dans ce joyeux désordre, on est heureux alors on se moque bien de ce que les gens peuvent penser.  

 

Malgré mes kilos en trop, et les phases où je me trouve moche, je m'aime ! Oui les années passent et je me trouve toujours autant à mon gout ! C'est plus fort que moi. J'adore me faire jolie, me maquiller, me lisser la chevelure etc... En plus je me connais bien et après 15 ans de pratique, en 2/3 coups de pinceaux je me transforme de la chenille en papillon.

 

  Bref tout ça pour dire que oui, je suis privilégiée. Je suis "la fille qui énerve" . J'assume, je le revendique, j'en profite à fond. D'abord parce qu'on se sait jamais ce que la vie nous réserve, ensuite et surtout car je me rappelle d'où je viens. Je me rappelle du trou noir qui m'a aspiré il y a 7 ans. Je me souviens de la spirale de la loose qui m'a attrapé pendant presque 3 ans, m'a fait faire les pires choix les uns après les autres.  

 

Je me souviens les disputes, les cris, les ruptures et les rabibochages avec Mister Ex.

Je me souviens être devenue maman à 25 ans, sans l'avoir vraiment préparé. N'avoir plus de travail, plus de vie sociale. Je me rappelle avoir pleuré, beaucoup beaucoup pleuré pendant la grossesse de Bébinou. Puis être coincée à la maison avec un bébé hurlant à longueur de journée. 

Je me souviens avoir voulu en finir mais n'ai jamais trouvé le courage ( ou la lacheté, c'est selon ) de la faire. En plus les histoires de suicides je suis bien placée pour en savoir quelques choses puisque mon père s'est donné la mort quand j'avais 4 ans (violons please ) 

Je me souviens m'être imaginé jeter Bébinou par dessus mon balcon, finir ma vie en prison et me dire que cela serait mieux que d'être coincée ici avec lui et son père.

Je me souviens la rage que j'avais dans le ventre, la femme aigrie et mauvaise que j'étais devenue car je détestais ma vie et Mister ex. Je me suis vue, enceinte de 8 mois, un soir de réveillon, me disputer une énième fois avec lui, enserrer mes doigts autour de sa gorge; le haïr tellement que là en cet instant, la folie au bord des yeux, j'aurais pu le tuer de mes mains.

Je me souviens l'humiliation, les mots qui blessent et qui vous rendent si moches que vous n'osez plus sortir, ou regardez les autres.  

 

   Je me souviens de tout. Je ne cherche pas à en oublier une miette. Cela me permet de mieux mesurer ma chance aujourd'hui. Il y a un proverbe chinois qui dit "si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens". C'est une phrase que je me repète souvent quand j'ai un leger coup de mou, ça me rebooste !

J'ai déballé des choses que je n'avais pas encore dites, ça fait un bien fou ! Désolée si je vous ai touché mais mon passé fait aussi parti de ma vie.

Je vous prmoets que le prochain post moins glauque. On parlera de mon atelier du père nöel !

Rédigé par Sweet mama

Publié dans #Quotidien d'une maman

Repost 0
Commenter cet article

M@goo 05/12/2012 23:13

Tu n'es pas glauque, mais réaliste. Tu as traversé le pire pour arriver vers le meilleur, et les blessures font murir, évoluer et font de toi ce que tu es aujourd'hui. Alors il ne faut pas les
oublier.
Bisous jolie maman!

Nono 20/11/2012 09:05

Et bah tu sais quoi ? Je te souhaite encore plus de bonheur parce que tu le mérites! Ça va faire 5 ans que je te connais virtuellement et je connais ces passages sombres. Donc oui, je suis contente
pour toi! Profite ma belle, tu le mérites amplement! Des bisous!

Estelle Maman d'Emma 19/11/2012 20:54

Ton histoire me touche, peut être parce qu'elle ressemble à la mienne (mister ex et décès de mon papa par suicide quand j'avais 2ans 1/2)et merci pour la piqure de rappel car aujourd'hui je suis
heureuse aussi, en tous cas bien plus qu'il y a quelques années et je ne me souviens pas toujours dans ces moments là comme la vie était moche avant, alors merci..et peut être que çà va m'aider à
re-savourer la vie que je mène maintenant quand j'ai quelques moments de faiblesse..

Mapu 19/11/2012 14:28

J'adooooore la chute sur l'atelier du Père Noël!! MDR
Plus sérieusement tu as le droit d'être heureuse après toutes les difficultés que tu as traversé: les gens mauvais sont ceux qui ne savent pas être heureux et t'envient d'y arriver. Pour ton
boulot, il faut que les gens lisent ces lignes: s'occuper d'enfants (de surcroît pas les tiens donc tu ne peux pas vraiment gueuler ou envoyer une fessée) toute la journée c'est juste
ARCHI-crevant!!! Et en plus tu es seule!!! J'ai pensé un moment devenir ass' mat' aussi pour profiter de mon fils et rester chez moi mais je trouve ça plus dur que de bosser en crèche avec 12
enfants pour 2. Toi tu n'as pas de collègue pour prendre le relais et souffler 5 min, tu tiens avec tes nerfs. Donc f... les autres!!!

Tu as une vie superbe que tu mérites et que tu ne le dois qu'à toi!! (vas-y lâche ta larme, je sais que tu en as envie!!)
Profites exactement comme tu le fais car on ne sait pas si on sera encore là demain!

(Sinon j'ai hâte de voir l'atelier du Père Noël: nous recevons le 24!!) Gros bisous!

Laeti 19/11/2012 10:09

En lisant le début de ton article, je me suis dit "oula il faut profiter quand la vie est belle" et que tu avais déjà largement mangé ton pain noir selon l'expression :) Donc tant mieux pour toi,
pour vous, et j'espere que Jéjé se repose bien (content qu'il soit ENFIN arrété! Bisous!

Elo 19/11/2012 09:04

Oui, enfin, le coup de la grossesse qui arrive en éternuant, on me l'a fait pas à moi ;-))))))) !
Très heureuse de te voir heureuse dans ta jolie famille.
Je vous embrasse très fort!

sophie 19/11/2012 08:57

Oui, tu as la chance de pouvoir t'occuper de tes enfants à plein temps... Et tu as raison d'en profiter car le temps passe vite... Combien de collègues ai-je entendu dire: "si j'avais su, j'aurais
pris un congé parental, car les enfants grandissent trop vite, je n'ai rien vu passer!!".
Je sais que tu as beaucoup souffert de ta période avec mister ex, et encore, tu t'es bien gardée de tout me raconter... Ta rencontre avec Jéjé fut ta bouée de sauvetage. Je suis tellement heureuse
de te savoir épanouie, enfin!!!
Bisous