Tozeur - Chapitre 2 : Le desert est à nous !

Publié le 11 Octobre 2009

 

Nous suivons toujours notre nouvel "ami" lorsqu'enfin nous arrivons sur une grande rue éclairée, il nous explique que nous pouvons trouver au bout de cette rue d'autres résidences ainsi que des hôtels où passer la nuit. Il nous dit qu'il aimerait bien venir avec nous, malheureusement il doit nous laisser seuls car il est temps pour lui d'aller fermer sa boutique. Mais il souhaite nous rejoindre plus tard...

 

Enfin tous les deux, nous commençons d'abord par suivre les indications du vendeur, puis Jéjé me fait part de ses appréhensions. "On sait pas où on va et on est obligé d'aller où ce gars veut nous emmener, ça craint." Je lui dit qu'on est absolument pas obligé d'écouter les conseils de ce type, qu'on a qu'à faire demi-tour, trouver un endroit où dormir dans un autre coin de la ville, histoire d'être sûr de ne pas le recroiser. Alors nous changeons de cap.

 

Quelques centaines de mètres plus loin, nous nous retrouvons face à l'hôtel "l'oasis", 3 étoiles et une architecture sympa, on se dit que ce sera vachement plus cher que les petites chambres d'hôtes mais par curiosité, on entre. En effet, pas de prix indiqués ( comme partout en Tunisie ) et le gars de l'accueil nous annonce le tarif : 140 DT la nuit. C'est quand même 100 DT de plus que ce qu'on avait prévu alors le mec commence à vouloir négocier, il nous fait un ptit rabais et bla et bla, bref on sort de l'hôtel. Puis on se dit que quitte à trouver un endroit où dormir, autant bien dormir. Alors on retourne dans cet hôtel, on visite la chambre qui nous parait très correcte ( même si pas non plus folichonne ) et on s'y installe pour la nuit... (détails interdits aux mineurs de moins de 16 ans ! )

 

Le lendemain, nous sommes réveillés vers 5h du matin par le muezzin qui appelle les fidèles à la prière, on se rendort illico jusqu'à 7h que quelqu'un vienne tambouriner à la porte de notre chambre. Le temps qu'on emerge évidemment y'avait plus personne ! Un peu ( beaucoup ) dégoûté on se décide à se lever. Le soleil est au rendez-vous et on décide de prendre le petit dej comprit dans le prix ( comprenez buffet immonde et fadasse ! lol ) au bord de la piscine.

 

Après ce dégueu délicieux petit déjeuner, on libère la chambre et on se met en quête d'un chamelier qui acceptera de nous emmener passé une nuit dans le désert tunisien. Grâce à mes recherches pr&alables sur les sites de voyage, j'ai le nom et le no d'un chamelier réputé, malheureusement, la technologie n'est pas de notre coté et je n'arrive pas à le joindre avec mon portable. Jéjé a donc l'excellente idée d'essayer depuis une cabine publique, un "taxi-phone". Et là bingo ! Amara ( c'est son petit nom ) nous rejoint devant notre hôtel d'ici 15 min.

 

25 min plus tard ( soit 15 min tunisiennes ) Amara arrive et on rencontre ce petit bout de mec d'1m60 à peine. On lui explique ce qu'on aimerait, il acquiesce et nous donne son tarif : 100 DT par personne. On est un peu sonné puisqu'en se renseignant et en comparant les offres, on était arrivé à un budget d'environ 60-70 DT par personne. Finalement après négociation, il accepte de nous emmener passer la nuit chez une authentique famille berbère pour 150 DT pour tous les 2. Le rendez-vous est pris pour 13h le jour même, retour prévu le lendemain matin vers 10h.

 

Vu qu'il est 9h30, on a encore le temps d'aller s'acheter quelque chose à grignoter car on n'aura pas le temps de manger à midi, et même de se promener un peu dans le centre touristique historique de Tozeur. Au gré de nos pas, on trouve un charmant petit salon de thé berbère. Un mec nous suit depuis la rue jusque dans le salon de thé, nous demande ce que nous voulons boire. Surprise je lui demande s'il est de la maison, il me réponds qu'il est de la famille. Il nous donne le prix des thés : 2,500 DT le thé à la menthe et 3,500 DT le thé à l'amande. On se dit que c'est hyper cher car sur Hammamet, le même thé nous coûtent au maximum 2 DT. On passe commande pour 2 thés à l'amande.

 

Il revient 5 minutes plus tard en s'excusant de ne pas pouvoir nous préparer nos thés car il ne sait pas où sont rangées les fameuses amandes. On lui demande alors 2 thés à la menthe. 5 min plus tard il revient avec 2 thés froids mais pas mauvais, puis s'en va dans un spitch genre c'est pour rafraîchir l'esprit et calmer les aigreurs d'estomac à cause de toutes ces épices qu'ils mangent dans leur cuisine et bla et bla.

On profite de la vue qu'offre la terrasse à 360°, tranquillement en train de siroter nos thés froids, le temps est chaud et on se dit qu'on a bien fait de venir fuir la pluie d'Hammamet et de venir ici dans le désert

Arrive 13h et le moment de notre rdv avec Amara. On se retrouve devant l'hôtel, on monte dans un taxi qui nous dépose chez lui, en périphérie de la ville. Là nous rencontrons Marcel et Saber, nos chameaux. Amara les équipe de tous ce qu'il faudra pour préparer à manger le soir, puis embarque nos sacs à dos. On me fait monté sur Marcel, Jéjé est sur Saber. Là je constate 3 choses, un chameau c'est super haut, et pas du plus grand confort !Mais la chèche nous va si bien que tout cela est oublié ! lol

C'est partit pour une bonne marche d'environ 1h. En s'éloignant de la ville on est surpris de voir que les gens du coin prenne le désert voisin pour une immense décharge à ciel ouvert : boite de conserve, bouteille en plastique, chaussures éventrées. Le spectacle qui s'offre à nous est triste. Ça me rappelle que nous avons pollué (et nous polluons encore ) les océans, alors ça me fait réfléchir sur cette propension qu'a l'Homme de toujours tout laisser derrière lui...

La démarche chaloupée et sautillante de Marcel et Saber nous éloigne de Tozeur. Autour de nous du sable, du plat et pas mal de végétation. C'est loin de l'idée des grandes dunes de sable que j'avais du Sahara. J'en fait part à Amara, qui lui ouvre la marche, à pied, qui me répond que nous sommes ici dans un désert de sel et que le grand désert de sable est à pas moins de 3 jours de marche de là ! Exit les grandes dunes donc, on fera avec ! lol

La caravane avance doucement, on se laisse envahir par le silence des lieux. Puis nous arrivons dans la cabane qu'occupe notre famille d'accueil berbère. Ils sont 5 adultes et 2 enfants à vivre non loin de Tozeur, dans cette cabane construite avec des bran,che de palmier séchées et des matériaux de toute sorte récupérés dans le désert ( bidon et barils d'essence, tiges métalliques, tuyaux en tout genre etc... ) Évidemment ils ne parlent pas français mais sont très acceuillants. On boit un petit thé histoire de faire connaissance, puis nous déposons nos bagages et nous nous remettons en route, direction le lac salé du chott el jerid...

 

Rédigé par Sweet mama

Publié dans #Vacances et voyages

Repost 0
Commenter cet article

Laetitia 22/10/2009 09:51


Sympa ce récit de votre voyage dans le désert, j'ai pas été prévenues de tes 2 derniers articles, je débarque là!bientot la suite?
bisous